Retournement des entreprises 2020 - La conférence

La conférence

Tout d’abord un grand merci à tous les intervenants de la conférence organisée par le groupe les Echos le 18 septembre 2020 (1) sur le thème du retournement des entreprises dont les débats étaient animés par Madame Emmanuelle DUTEN, Rédactrice en chef, de Capital Finance.

En ouverture de ces débats, Madame Agnès PANNIER-RUNACHER, Ministre déléguée, du MINISTÈRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES après avoir rappelé l’ampleur de cette crise inédite et les mesures exceptionnelles prises par le Gouvernement sur le plan des aides financières versées à un peu plus de 500 000entreprises (en majorité des TPE et des PME) au travers notamment du PGE (123 milliards € sur 300 milliards prévus assorti d’un taux de refus de 3%) a tenu à remercier tous les acteurs publics et privés, professionnels et bénévoles (Commissaires au redressement productif, Délégué interministérielle aux restructurations d’entreprises, Comités départementaux d’examens des problèmes de financement des entreprises, Comité interministériel de restructuration industrielle, Administrateurs judiciaires et Mandataires de justice, Tribunaux de commerces, Acteurs des entreprises en crise) pour avoir accompagné les chefs d’entreprises. Ainsi, non seulement le pire a pu être évité, mais le nombre d’ouvertures de nouvelles procédures collectives par rapport à l’année 2019 est même en recul.

Il n’en reste pas moins que la crise est devant nous et que les entreprises redoutent la fin de l’année 2020 et le second trimestre 2021 lorsque les premières échéances des PGE seront alors à rembourser.

A l’instar des premières semaines de la crise sanitaire qui a consisté à éviter l’engorgement du système d’urgence des hôpitaux français, il convient de mettre en place les mesures qui lisseront les défaillances et ainsi d’éviter à des milliers d’entreprises de se présenter concomitamment devant les tribunaux de commerce.

Parmi ces mesures, on peut avancer quelques idées.

Renforcer les fonds propres et quasi fonds des entreprises dont on sait qu’ils font cruellement défaut depuis des décennies à nos TPE PME et ETI, semble être une piste.

Ainsi, orienter l’épargne des français vers le tissu économique permettrait l’émergence de fonds de pension hexagonaux plutôt que de laisser des fonds de pension américains mettre la main sur des pépites françaises et leur verser les dividendes futurs de nos TPE PME ETI & Start Up, qui assureront le versement de pension à des retraités français plutôt qu’à des retraités situés outre atlantique.

Utiliser les 175 milliards € (sur les 300 milliards € du PGE) non utilisés pour financer les CAPEX des entreprises dans les 2 à 3 prochaines années qui généreront les bénéfices futurs.

Doter un fonds de 10 à 20 milliards €, en parti par l’Etat à hauteur de 3 milliards €, et par les acteurs du capital développement qui devront répondre à un cahier des charges strict, afin d’aider les TPE PME et ETI à renforcer leurs fonds propres et quasi fonds propres. Des financements en quasi fonds propres seraient d’ailleurs plus opportuns afin de ne pas diluer les actionnaires en place compte tenu de la décote de la valeur des entreprises dans ce contexte de crise. (2)

Faciliter le regroupement d’acteurs économiques même ponctuellement malades, ceci afin de générer de véritables économies d’échelle. Cette crise est aussi une opportunité de consolider des secteurs. Celle-ci pourrait ainsi permettre aux PME de procéder à des opérations de croissance externe, ces dernières étant traditionnellement moins habituées à ce type d’opération que les ETI.

Aider les entreprises à s’adapter aux défis environnementaux de demain à l’instar de TSG issue du carve-out de la société TOKHEIM afin de passer d’une économie carbonée à une économie décarbonée dans les prochaines décennies. (3)

Renforcer la confidentialité des procédures amiables (et notamment vis-à-vis des acteurs de l’assurance-crédit dont 3 multinationales EULER HERMES, ALTRADIUS et COFACE représentent 80% du secteur) (4) afin d’éviter de dégrader le crédit fournisseur des entreprises placées sous mandat ad hoc ou en conciliation, le premier banquier des entreprises françaises restant le crédit fournisseur (700 milliards €).

Eviter l’acharnement aussi bien au niveau des procédures amiables que des procédures collectives en réduisant notamment les délais de celles-ci.

Mettre l’accent sur la prévention et l’anticipation des difficultés avant que l’importance de celles-ci empêchent toute solution de retournement, tout en bénéficiant d’aides supplémentaires de l’Etat au travers du Fonds de Développement Economique et Social (FDES) permettant de dédramatiser des situations critiques. (5)

Adopter la directive européenne sur l’insolvabilité (JOUE, 26 juin 2019)en la transposant au droit français. (6)

Nous venons de le voir au travers de ces tables rondes très intéressantes, que pour survivre les dirigeants doivent se poser les bonnes questions quant à leur stratégie sur les 5 prochaines années. Cette vision ne peut éviter de prendre en compte les effets dévastateurs de la crise sanitaire actuel. Ce processus est néanmoins indispensable car il va conditionner la stratégie financière à adopter : convertir son PGE en un emprunt sur 5 ans, le rembourser en faisant intervenir un acteur du Private Equity, céder son entreprise, la restructurer, et même pourquoi pas, se lancer dans un processus d’acquisitions.

Nous sommes dans une course où les « capitaux risqueurs » cherchent à maximiser les rendements futurs. Mais qui peut prédire aujourd’hui ce qu'il adviendra dans les 6 à 8 prochains mois ? Autrement dit, la mise à jour de son business plan doit être réalisé avec une intensité rare afin de tenir compte des dernières évolutions des marchés ainsi que des prises de décisions de notre gouvernement.

Dans ce contexte particulier, les dirigeants doivent pouvoir s’entourer de professionnels avisés (avocats, experts-comptables, conseils spécialisés …) pour les accompagner dans un processus de restructuration de leurs dettes. Nos équipes possèdent l’expérience dans ce domaine et pourront vous accompagner au cas par cas.

Les sources

1/ https://www.lesechos-events.fr/event/economie/retournement-des-entreprises-2020/#fndtn-extra

2/ https://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/dominique-gaillard-france-invest-france-invest-presente-un-barometre-dirigeants-crise-covid-sur-la-sante-des-entreprises-0406-1252777.html

3/ https://capitalfinance.lesechos.fr/deals/lbo/hld-valorise-tsg-group-pres-de-500-m-1215289

4/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Assurance_cr%C3%A9dit

5/ https://www.lefigaro.fr/conjoncture/un-milliard-d-euros-debloque-pour-les-entreprises-au-bord-de-la-faillite-20200410

6/ https://www.editions-legislatives.fr/actualite/directive-sur-la-restructuration-et-l-insolvabilite-du-20-juin-2019

En savoir plus...

https://lnkd.in/gETSTP2